Des dépenses annuelles de santé par habitant allant de 7 $ en Somalie à 11 345 $ aux États-Unis, une aide internationale s’élevant à 0,5 % des dépenses annuelles totales de santé, ce sont des données édifiantes qui viennent d’être publiées.

Le Lancet a publié une vaste étude sur les répartitions des dépenses de santé dans le monde depuis 1990. Les chiffres, implacables, brossent un tableau des inégalités et de la misère qu’on aimerait que nul n’oublie.

En 2019, le pays où les dépenses individuelles de santé étaient les plus élevées était les États-Unis, avec 11 345 $. En Europe, elles étaient, par exemple, de 10 203 $ en Suisse, 5 498 $ en Allemagne, 4 844 $ en France, 4 392 $ en Grande-Bretagne, 2 995 $ en Italie ou encore 1 595 $ en Grèce. Une grande inégalité existe donc entre pays développés, même si la quantité et la qualité des soins ne sont pas obligatoirement proportionnels aux dépenses.

En Amérique Latine, ces dépenses individuelles annuelles allaient de 94 $ au Venezuela à 1 549 $ en Uruguay. En Afrique du Nord et au Moyen-Orient, elles s’échelonnaient de 44 $ en Syrie à 1 751 $ dans les Émirats Arabes Unis. Elles s’élèvent à moins de 50 $ dans un grand nombre de pays africains, en incluant les aides internationales : 49 $ au Cameroun, 47 $ au Congo, 43 $ au Malawi, 41 $ au Burkina Faso, 40 $ au Togo, 39 $ en Gambie, 36 $ au Mozambique, 30 $ en RCA, au Niger et au Mali, 29 $ au Burundi, au Sud-Soudan et au Bénin, 28 $ au Tchad, 26 $ en Éthiopie, 22 $ à Madagascar, 20 $ en RDC, 15 $ en Érythrée, et un minimum de 7 $ en Somalie. Le prix d’une boîte de paracétamol aux États-Unis.

13,7 milliards de dollars d’aide internationale supplémentaire ont été consacrés à la lutte contre le Covid-19 en 2020, mais au détriment des aides dédiées à la santé maternelle, à la tuberculose et au paludisme, qui ont respectivement baissé de 6,8 %, 5,5 % et 2,2 %. Donner davantage d’une main s’accompagne de donner moins d’une autre. Ce qui est d’autant plus choquant que si le total de l’aide internationale représente 24,6 % des dépenses de santé des pays à revenu faible et intermédiaire, elle ne s’élève qu’à… 0,5 % des dépenses de santé mondiale.

Bernard Seytre, SFMTSI

Les articles signés n’engagent pas la responsabilité de la SFMTSI