QUI SOMMES-NOUS ?

La Société francophone de médecine tropicale et santé internationale a été fondée en 1907 par Alphonse Laveran, découvreur du parasite du paludisme et prix Nobel. Inscrite dans l’évolution de la santé internationale, elle regroupe des centaines de spécialistes francophones de la médecine tropicale, au Nord et au Sud.

La société est un lieu d’action, de réflexion et d’échange ouvert à tous les acteurs de la médecine et de la santé en milieu tropical, quelles que soient leurs formation, discipline et expérience, dans les pays du Nord et du Sud.

Société reconnue d’utilité publique.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT

Le secrétariat de la société est assuré par Sylviane Le Gurun

+ (33) 9 67 65 17 33

[email protected]

À venir

Assemblée Générale de la SFMTSI (SPE) 2020

La SFMTSI (SPE) a réglementairement tenu son Assemblée Générale Ordinaire pour entendre et proposer au vote des adhérents les rapports moral et financier pour les activités 2019. Compte tenu de la situation sanitaire, cette réunion s’est déroulée en distanciel et les présentations ainsi que les votes se sont tenus en distanciel.

Diaporama présenté lors de cette assemblée

HISTORIQUE

Jusqu’en 1980, l’enseignement n’avait pas été vraiment le souci de la Société ; il ne figurait d’ailleurs pas dans ses objectifs. On peut cependant considérer que le soin de conserver documents et échantillons scientifiques envoyés par les membres éloignés travaillant sur le terrain et la constitution d’une bibliothèque réunissant périodiques et ouvrages reçus ou acquis étaient l’amorce d’une action de formation.

Un effort allant dans le même sens peut être trouvé dans la création, en 1943, d’un centre de documentation de pathologie exotique, distinct de la bibliothèque et organisé en six sections : microbiologie, parasitologie, pathologie humaine, patholo­gie vétérinaire, sciences pharmaceutiques chimiothérapiques, phytopathologie. Mais très vite, le manque de moyens, malgré le dévouement du personnel rétribué et des bénévoles, ne permettra pas le développement initialement prévu.

En 1961, on remarque dans le Bulletin la première annonce concernant un enseignement universitaire de médecine tro­picale.

Le pas est franchi dans les années 1980, quand, pour pallier une assistance de moins en moins assidue, le Bureau de la SPE organise des conférences didactiques en début de séance auxquelles les étudiants en médecine tropicale parisiens sont conviés. L’intérêt porté à ces conférences s’émousse hélas assez rapidement, peut-être en raison d’une publicité insuffisante au niveau des facultés. La dernière séance de la SPE comportant une conférence d’enseignement fut celle du 10 février 1999. Par ailleurs de nombreuses personnes en activité ne pouvant que très difficilement se libérer le mercredi après-midi pour assister à des séances traitant de sujets divers qui ne les inté­ressaient pas toutes forcément, il y eut de plus en plus de demandes pour l’organisation de séances thématiques. Cel­les-ci étaient plus difficiles à organiser, car elles nécessitaient l’élaboration d’un programme et l’invitation de conférenciers venant parfois d’assez loin. Après avoir longuement pesé le pour et le contre, le conseil décida d’alterner les deux for­mules : séances thématiques et communications libres. Ces modifications concernant l’objectif et le rythme des séances, qui n’étaient plus mensuelles, se firent sous les présidences de Marc Gentilini et d’Alain Chippaux.

Enfin, depuis 2005, la SFMTSI parraine le cours international francophone de vaccinologie.

Accédez aux principales formations françaises en médecine tropicale

La première séance délocalisée a résulté des circonstances. En juin 1940 en effet, les événements dramatiques qui secouent la France empêchent, pour la première fois, la tenue de la séance men­suelle réglementaire à l’Institut Pasteur. Le président Roubaud réunit les communications prévues pour les publier directement et la séance de juillet se tient à Montpellier, sous la présidence de R. Pons, secrétaire général. Le retour à l’Institut Pasteur se fait dès novembre.

D’autre part, au cours de chaque congrès international orga­nisé par la SPE, une séance délocalisée de communications libres est prévue, en satellite, afin de faciliter aux adhérents locaux la présentation de leurs travaux en supprimant, pour eux, la contrainte de respecter les règles de présentation stric­tes des communications orales ou affichées du congrès. Depuis 2000, les séances délocalisées se sont multipliées tant en France que dans les pays d’outre-mer pour faire davan­tage participer les membres de la SFMTSI résidant hors de France métropolitaine, membres étrangers en particulier, à la vie de la Société.

1908-1920 Émile Marchoux (1862-1943)

1908-1920 Félix Mesnil (1869-1938)

1920-1924 Émile Brumpt (1877-1951)

1919-1932 Émile Roubaud (1882-1962)

1925-1930 Charles Joyeux (1881-1966)

1930-1934 Marcel Leger (1878-1934)

1931-1978 Robert Deschiens (1895-1978)

1935-1946 René Pons (…-1967)

1946-1950 Jean Colas-Belcour (1894-1975)

1951-1965 M. Riou (…-…)

1966-1973 Auguste Rivoalen (1898-1985)

1973-1975 Roger Reynaud (…-…)

1975-1995 André Dodin (1926-1995)

1978-1982 Louis Lamy (1914-1997)

1984-1994 François Rodhain (né en 1939)

1995-1999 Alain Chippaux (né en 1928)

1995-1999 Yves Buisson (né en 1948)

1999-2002 Jean-Pierre Nozais (1935-2010)

2003-2006 Yves Buisson (né en 1948)

2007-2014 Sixte Blanchy (né en 1949)

2015-Actuel Jacques Chandenier (né en 1955)