Missions et thèmes majeurs de la société

La Société Francophone de Médecine Tropicale et Santé internationale a pour mission depuis sa fondation l’étude des maladies tropicales de l’homme et des animaux. S’adaptant aux défis de la médecine tropicale en termes d’enjeux de développement et de durabilité, elle focalise son attention sur plusieurs thèmes prioritaires :

Les maladies tropicales négligées
Le paludisme
Vaccinologie
Les maladies émergentes
« Une seule santé » (One Heath)

Newsletter

La Société Francophone de Médecine Tropicale et Santé Internationale publie une newsletter qui informe ses abonnés sur la vie de la société, propose des articles d’actualité sur ses domaines d’intérêt et liste les articles récemment parus sur le site de la revue.

Revue MTSI

La société publie la revue Médecine Tropicale et Santé Internationale, dont les articles sont publiés sans frais pour les auteurs et en libre accès. Avec cette revue scientifique, unique dans son domaine la société remplit sa mission de facilitation des échanges scientifiques et médicaux sur les maladies et la santé en milieu tropical, dans l’espace francophone.

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

La Société Francophone de Médecine Tropicale et Santé internationale a publié de 1908 à 2020 le Bulletin de la Société de Pathologie Exotique remplacé par la revue en libre accès Médecine Tropicale et Santé Internationale.

Recherche d’article

Anciens numéros

La Lettre trimestrielle en ligne est une tribune professionnelle proposée aux membres, qui rend compte de la vie de la société et aborde sur un ton libre les problématiques du moment en médecine tropicale. Nous invitons les membres qui le souhaitent à partager leurs réflexions et à contribuer à la rédaction de cette lettre.

Lettre 1 Lettre 2 Lettre 3 Lettre 4 Lettre 5 Lettre 6 Lettre 7 Lettre 8 Lettre 9 Lettre 10 Lettre 11 Lettre 12

Manifestations scientifiques

La Société organise deux journées scientifiques par an sur des thèmes de médecine tropicale à Paris en mai et en novembre, à l’Institut Pasteur ou à l’École du Val de Grâce. Comptes rendus.
Tous les quatre ans, la Société organise son Congrès international, en collaboration avec une Société savante francophone étrangère. Les comptes rendus sont disponibles ici.
La Société parraine ou participe à des manifestations scientifiques organisées par d’autres sociétés savantes ou groupes de recherche sur des thèmes la concernant. Archives disponibles ici. Dans certaines conditions, un soutien matériel peut être apporté à des manifestations se déroulant dans les pays du sud.

Médaille d’or

La médaille d’or de la SFMTSI est destinée à honorer, depuis 1927, des personnalités scientifiques éminentes et militantes dans le domaine de la médecine tropicale. Attribuée sans distinction de nationalité, elle récompense l’auteur de travaux entrant dans le cadre de la société et dont le dernier remonte à moins de dix ans.
La société ne reçoit pas de candidature. La médaille est attribuée tous les deux ans sur proposition d’une commission comprenant le président, les anciens présidents, les secrétaires généraux et quatre membres nommés par la société. Elle est remise en séance publique.

Prix de thèse

Il couronne chaque année une thèse d’exercice soutenue dans une université française en médecine humaine, médecine vétérinaire ou pharmacie portant sur un sujet de médecine tropicale. Crée en 2013, il est attribué par un jury choisi par le président de la SFMTSI parmi des universitaires français, les membres du comité de rédaction élargie du Bulletin de la SFMTSI et ceux du Service de Santé des Armées. Il est remis par le Président de la SFMTSI au cours des « Actualités du Pharo » organisées à Marseille par le GIPSE (Groupe d’intervention en Santé Publique et en Épidémiologie). Les thèses présentées doivent avoir été soutenue l’année précédant leur soumission.

  • 2019

    Emilie DESSELAS pour sa thèse intitulée « Mortalité pédiatrique de la drépanocytose en France métropolitaine depuis le dépistage néonatal ciblé national (2000) jusqu’à 2015 »

  • 2018

    Xavier HECKMANN pour sa thèse intitulée « Place de l’immunothérapie dans l’envenimation par ​Crotalinae dans l’Ouest guyanais » (XXIVe Actualités du Pharo – 3,4 et 5 octobre 2018)

  • 2017

    Sandy COUSIN pour sa thèse intitulée « Les Lazarets à la Réunion de 1860 à 1920 : épidémies, médecins et pratique médicale..Quel intérêt sanitaire ? » (XXIIIe Actualités dy Pharo – 4,5 et 6 octobre 2017)

  • 2016

    Marie-Alix LESTRADE-CARLUER de KYVON pour sa thèse intitulée « Actualités dans le diagnostic biologique des Trypanosomoses Humaines Africaines (THA) ». (XXIIe Actualités du Pharo – 5,6 et 7 octobre 2016)

  • 2015

    Nermine SHEHATA pour sa thèse « Vers l’élimination de la filariose lymphatique en Polynésie Française ? » (XXIe Actualités du Pharo – 7, 8 et 9 octobre 2015)

  • 2014

    Cynthia GRONDIN-MOUNIER pour sa thèse « Recours aux soins des enfants français pendant un séjour long en milieu tropical » (XXe Actualités du Pharo – 1-12 septembre 2014)

  • 2013

    Sébastien LEQUIME pour sa thèse « La transmission verticale des arboviroses chez les moustiques vecteurs : revue systématique » (XIXe Actualités du Pharo – 16-17 septembre 2013)

Prix Robert Deschiens

Ce prix a été fondé et attribué pour la première fois en 2014, en hommage à Robert Deschiens, membre bienfaiteur de la SFMTSI. Il est attribué chaque année par un jury de spécialistes choisi par les membres du Bureau de la SFMTSI à un jeune chercheur (moins de 35 ans) ou à une équipe du réseau internationale des instituts Pasteur (RIIP) pour un travail portant sur un sujet de recherche fondamentale ou appliquée concernant l’amélioration de la santé en zone intertropicale, et présenté lors de la réunion annuelle du Réseau.

Ce prix a été fondé et attribué pour la première fois en 2014, en hommage à Robert Deschiens, membre bienfaiteur de la SFMTSI. Il est attribué chaque année par un jury de spécialistes choisi par les membres du Bureau de la SFMTSI à un jeune chercheur (moins de 35 ans) ou à une équipe du réseau internationale des instituts Pasteur (RIIP) pour un travail portant sur un sujet de recherche fondamentale ou appliquée concernant l’amélioration de la santé en zone intertropicale, et présenté lors de la réunion annuelle du Réseau.

D’un montant de 3 000 euros, il est remis au lauréat par le président de la SFMTSI lors de la réunion annuelle du RIIP. Il est demandé au lauréat d’écrire, dans l’année, sur son travail, un article destiné à être publié dans le Bulletin de la SPE.

Robert Deschiens a été pendant près de 50 ans (1931 à 1978) secrétaire général de la Société de Pathologie Exotique. Pastorien, chef du service de Parasitologie de l’Institut (1941-1963), il a été également pendant un quart de siècle (1949-1974) un des principaux experts OMS pour les grandes endémies parasitaires et notamment pour la bilharziose. À ce titre, il effectua de très nombreuses missions tant au Proche Orient qu’en Afrique du Nord et en Afrique sub-saharienne. Sa vaste culture n’avait d’égale que sa passion pour la mer qu’il aimait sillonner dès que ses loisirs le lui permettaient, en marin accompli. Commandeur de la Légion d’Honneur, son engagement et ses actions en faveur des arts et des artistes lui avait valu d’être élu membre de l’Académie des Beaux-Arts.

  • 2018

    Moritoshi Iwagami pour sa communication orale « Rapid increase and northward spread of artemisininresistant Plasmodium falciparum in Laos » (symposium RIIP 2018)

  • 2016

    Elisabeth Ravaoarisoa pour son travail intitulé « Évaluation de l’impact des stratégies de lutte

    contre le paludisme mises en oeuvre pendant 10 ans à Saharevo, Madagascar: utilisation d’un test sérologique multiplex à base de microbilles pour cibler simultanément les biomarqueurs Plasmodium et Anopheles » (symposium RIIP 2016)

  • 2015

    Anne Lavergne pour ses travaux sur l’identification de nouveaux virus chez les rongeurs sauvages en Guyane française (symposium RIIP 2015)

  • 2014

    Benoît Witkoswki pour ses travaux sur la résistance de Plasmodium falciparum à l’artémisinine au Cambodge (symposium RIIP 2014)

Prix Noury-Lemarié

Le prix Noury-Lemarié a été créé le 14 février 1980, pour récompenser un travail de pathologie tropicale, soit de recher­che fondamentale, soit de recherche épidémiologique, clini­que, thérapeutique, présenté à une séance de la Société de pathologie exotique par un jeune chercheur et publié dans le Bulletin.

Le Dr Noury était né à Saint-Malo en septembre 1898 et, après son internat à l’hôpital Pasteur, avait été assistant d’Albert Calmette de 1930 à 1932. Il fut appelé par Georges Blanc à l’Institut Pasteur de Casablanca, lorsque celui-ci le créa en 1932. Il y resta jusqu’à son départ en retraite en 1965. Résidant l’hiver à Paris, il était hébergé dans les locaux de la SPE. À sa mort, en 1977, Mme le Dr Gilberte Noury fit un don généreux en souvenir de son époux et de son oncle Lemarié, d’où le nom donné au prix créé en reconnaissance de ce geste.

Tous les bénéficiaires de ce prix ont fait carrière au service de la pathologie exotique. Plusieurs d’entre eux sont restés étroitement liés à notre Société et l’un d’eux est même un des actuels vice-présidents.

En 1997, le fonds consacré à ce prix étant épuisé, il a été rem­placé par une bourse de la SPE.

Ce prix a été fondé et attribué pour la première fois en 2014, en hommage à Robert Deschiens, membre bienfaiteur de la SFMTSI. Il est attribué chaque année par un jury de spécialistes choisi par les membres du Bureau de la SFMTSI à un jeune chercheur (moins de 35 ans) ou à une équipe du réseau internationale des instituts Pasteur (RIIP) pour un travail portant sur un sujet de recherche fondamentale ou appliquée concernant l’amélioration de la santé en zone intertropicale, et présenté lors de la réunion annuelle du Réseau.

D’un montant de 3 000 euros, il est remis au lauréat par le président de la SFMTSI lors de la réunion annuelle du RIIP. Il est demandé au lauréat d’écrire, dans l’année, sur son travail, un article destiné à être publié dans le Bulletin de la SPE.

Robert Deschiens a été pendant près de 50 ans (1931 à 1978) secrétaire général de la Société de Pathologie Exotique. Pastorien, chef du service de Parasitologie de l’Institut (1941-1963), il a été également pendant un quart de siècle (1949-1974) un des principaux experts OMS pour les grandes endémies parasitaires et notamment pour la bilharziose. À ce titre, il effectua de très nombreuses missions tant au Proche Orient qu’en Afrique du Nord et en Afrique sub-saharienne. Sa vaste culture n’avait d’égale que sa passion pour la mer qu’il aimait sillonner dès que ses loisirs le lui permettaient, en marin accompli. Commandeur de la Légion d’Honneur, son engagement et ses actions en faveur des arts et des artistes lui avait valu d’être élu membre de l’Académie des Beaux-Arts.

  • 2018

    Moritoshi Iwagami pour sa communication orale « Rapid increase and northward spread of artemisininresistant Plasmodium falciparum in Laos » (symposium RIIP 2018)

  • 2016

    Elisabeth Ravaoarisoa pour son travail intitulé « Évaluation de l’impact des stratégies de lutte

    contre le paludisme mises en oeuvre pendant 10 ans à Saharevo, Madagascar: utilisation d’un test sérologique multiplex à base de microbilles pour cibler simultanément les biomarqueurs Plasmodium et Anopheles » (symposium RIIP 2016)

  • 2015

    Anne Lavergne pour ses travaux sur l’identification de nouveaux virus chez les rongeurs sauvages en Guyane française (symposium RIIP 2015)

  • 2014

    Benoît Witkoswki pour ses travaux sur la résistance de Plasmodium falciparum à l’artémisinine au Cambodge (symposium RIIP 2014)

Prix-bourse Rouyer-Mugard

Le Dr Rouyer et sa femme Hélène travaillaient sur les protistes ophryoglènes et euglènes, dans le laboratoire de R. Deschiens, installé dans le local de la SPE du pavillon des « IPOM ». À la mort de son mari, en 1983, Mme Rouyer-Mugard poursuivit, seule, les travaux de son mari et décida de financer un prix-bourse à attribuer à des étudiants ou de jeunes chercheurs remarqués par le conseil d’administration de la SPE. Ce prix disparut en 1996, avec la disparition de la donatrice.

Ce prix a été fondé et attribué pour la première fois en 2014, en hommage à Robert Deschiens, membre bienfaiteur de la SFMTSI. Il est attribué chaque année par un jury de spécialistes choisi par les membres du Bureau de la SFMTSI à un jeune chercheur (moins de 35 ans) ou à une équipe du réseau internationale des instituts Pasteur (RIIP) pour un travail portant sur un sujet de recherche fondamentale ou appliquée concernant l’amélioration de la santé en zone intertropicale, et présenté lors de la réunion annuelle du Réseau.

D’un montant de 3 000 euros, il est remis au lauréat par le président de la SFMTSI lors de la réunion annuelle du RIIP. Il est demandé au lauréat d’écrire, dans l’année, sur son travail, un article destiné à être publié dans le Bulletin de la SPE.

Robert Deschiens a été pendant près de 50 ans (1931 à 1978) secrétaire général de la Société de Pathologie Exotique. Pastorien, chef du service de Parasitologie de l’Institut (1941-1963), il a été également pendant un quart de siècle (1949-1974) un des principaux experts OMS pour les grandes endémies parasitaires et notamment pour la bilharziose. À ce titre, il effectua de très nombreuses missions tant au Proche Orient qu’en Afrique du Nord et en Afrique sub-saharienne. Sa vaste culture n’avait d’égale que sa passion pour la mer qu’il aimait sillonner dès que ses loisirs le lui permettaient, en marin accompli. Commandeur de la Légion d’Honneur, son engagement et ses actions en faveur des arts et des artistes lui avait valu d’être élu membre de l’Académie des Beaux-Arts.

  • 2018

    Moritoshi Iwagami pour sa communication orale « Rapid increase and northward spread of artemisininresistant Plasmodium falciparum in Laos » (symposium RIIP 2018)

  • 2016

    Elisabeth Ravaoarisoa pour son travail intitulé « Évaluation de l’impact des stratégies de lutte

    contre le paludisme mises en oeuvre pendant 10 ans à Saharevo, Madagascar: utilisation d’un test sérologique multiplex à base de microbilles pour cibler simultanément les biomarqueurs Plasmodium et Anopheles » (symposium RIIP 2016)

  • 2015

    Anne Lavergne pour ses travaux sur l’identification de nouveaux virus chez les rongeurs sauvages en Guyane française (symposium RIIP 2015)

  • 2014

    Benoît Witkoswki pour ses travaux sur la résistance de Plasmodium falciparum à l’artémisinine au Cambodge (symposium RIIP 2014)

Bourse de la SFMTSI

Cette bourse a été créée en 1997 par le conseil d’administration, sous la présidence de Marc Gentilini, pour aider des scientifiques de moins de 35 ans, déjà qualifiés, à mener des travaux personnels dans le domaine des maladies tropicales de l’homme et des animaux, de l’hygiène et des mesures sanitaires destinées à empêcher l’extension des épidémies et des épizooties d’origine exotique, de tout problème de médecine, de biologie et santé tropicales, ainsi que de ceux qui sont posés par les expa­triations et les voyages. Cet objectif reprenait les propres termes des statuts de la Société.

De 2003 à 2007, la bourse a été attribuée chaque année à un doctorant de moins de 35 ans, sur une théma­tique tropicale pour un travail dans un protocole de recherche partagée Nord-Sud comportant obligatoirement un travail de terrain complémentaire au travail de laboratoire.

En 2013, elle a été remplacée par le Prix de thèse qui couronne chaque année une thèse d’exercice soutenue dans une université française en médecine, médecine vétérinaire ou pharmacie portant sur un sujet de médecine tropicale. Il est remis par le Président de la SFMTSI au cours des « Actualités du Pharo » organisées à Marseille par le GISPE (Groupe d’intervention en Santé Publique et en Epidémiologie).

Ce prix a été fondé et attribué pour la première fois en 2014, en hommage à Robert Deschiens, membre bienfaiteur de la SFMTSI. Il est attribué chaque année par un jury de spécialistes choisi par les membres du Bureau de la SFMTSI à un jeune chercheur (moins de 35 ans) ou à une équipe du réseau internationale des instituts Pasteur (RIIP) pour un travail portant sur un sujet de recherche fondamentale ou appliquée concernant l’amélioration de la santé en zone intertropicale, et présenté lors de la réunion annuelle du Réseau.

D’un montant de 3 000 euros, il est remis au lauréat par le président de la SFMTSI lors de la réunion annuelle du RIIP. Il est demandé au lauréat d’écrire, dans l’année, sur son travail, un article destiné à être publié dans le Bulletin de la SPE.

Robert Deschiens a été pendant près de 50 ans (1931 à 1978) secrétaire général de la Société de Pathologie Exotique. Pastorien, chef du service de Parasitologie de l’Institut (1941-1963), il a été également pendant un quart de siècle (1949-1974) un des principaux experts OMS pour les grandes endémies parasitaires et notamment pour la bilharziose. À ce titre, il effectua de très nombreuses missions tant au Proche Orient qu’en Afrique du Nord et en Afrique sub-saharienne. Sa vaste culture n’avait d’égale que sa passion pour la mer qu’il aimait sillonner dès que ses loisirs le lui permettaient, en marin accompli. Commandeur de la Légion d’Honneur, son engagement et ses actions en faveur des arts et des artistes lui avait valu d’être élu membre de l’Académie des Beaux-Arts.

  • 2018

    Moritoshi Iwagami pour sa communication orale « Rapid increase and northward spread of artemisininresistant Plasmodium falciparum in Laos » (symposium RIIP 2018)

  • 2016

    Elisabeth Ravaoarisoa pour son travail intitulé « Évaluation de l’impact des stratégies de lutte

    contre le paludisme mises en oeuvre pendant 10 ans à Saharevo, Madagascar: utilisation d’un test sérologique multiplex à base de microbilles pour cibler simultanément les biomarqueurs Plasmodium et Anopheles » (symposium RIIP 2016)

  • 2015

    Anne Lavergne pour ses travaux sur l’identification de nouveaux virus chez les rongeurs sauvages en Guyane française (symposium RIIP 2015)

  • 2014

    Benoît Witkoswki pour ses travaux sur la résistance de Plasmodium falciparum à l’artémisinine au Cambodge (symposium RIIP 2014)