L’édition 2021 sur « la santé sexuelle et reproductive dans les pays du Sud » a connu un succès d’autant plus manquant que le GISPE avait mis en place une régie vidéo pour permettre une participation à distance. Toutes les présentations sont disponibles sur le site du GISPE.

…. Le pari était osé. Lancer en février 2021 la tenue des Actualités du Pharo en présentiel alors que les vagues de coronavirus continuaient à déferler sur les plages du monde entier était de la part du GISPE un pari osé. Mais sans doute ces épidémiologistes de terrain avaient-ils déjà modélisé la tempérance des mesures contraignantes qui ont imposé durant de longs mois des règles strictes pendant lesquelles tout contact rapproché était banni.

C’est donc dans l’amphithéâtre de l’hôpital de La Timone que ce sont tenues du 6 au 8 octobre derniers les 26e Actualités du Pharo. Plus de quatre-vingt-dix participants (tous porteurs d’un passe sanitaire !) étaient physiquement présents (dont 25 venus de pays africains) pour écouter la cinquantaine d’orateurs qui se sont succédé à la tribune. Simultanément, 180 participants ont pu suivre en visioconférence les conférences durant ces trois journées.

Le thème central de cette 26e édition était « la santé sexuelle et reproductive dans les pays du Sud », thème programmé pour l’édition 2020 et que le coronavirus a obligé de reporter. Le Pr Marc Gentilini, fidèle à ces journées, avait fait l’honneur de sa présence pour présider la session d’ouverture dont la communication à deux voix (Aurélie Gal-Régniez d’Equipop présente et Fatou Sow de Dakar en visioconférence) a donné le La de ces journées.

Huit sessions ont animé ces rencontres accompagnées d’un symposium tenu par le Collège des professeurs d’universités en maladies infectieuses et tropicales (CMIT). Ce symposium présidé par le Professeur Christophe Rapp, est toujours attendu car il offre une lecture synthétique actualisée des travaux sur les sujets médico-tropicaux allant du péril fécal au paludisme en passant par les fièvres hémorragiques, les infections sexuellement transmissibles ou les maladies tropicales négligées.

Le GISPE et son Conseil scientifique avaient réussi à mobiliser des intervenants d’horizons différents, institutionnels, universitaires ou associatifs, ce qui a donné à cette édition une grande richesse. Le programme en ligne est là pour en témoigner.

On notera que la troisième session était exclusivement consacrée au Fonds Français Muskoka. Ce Fonds dédié par la France à la lutte contre la mortalité maternelle, néonatale et infantile, vient de fêter ses 10 ans d’existence avec une mobilisation de 500 millions d’euros au profit de neuf pays d’Afrique francophone. Sept communications ont été présentées durant cette session introduite par Joan Valadou, sous-directeur du développement humain au ministère de l’Europe et des affaires étrangères. Présidée par le Dr Maurice Bucagu de l’OMS Genève, venu spécialement à Marseille, la session a permis de présenter le panorama des actions menées par ce Fonds au profit des populations des neuf pays d’Afrique où les programmes sont mis en place. Les résultats présentés ont montré des avancées notables avec une réduction de la mortalité maternelle de près de 20 % entre 2010 et 2017 et un recul de la mortalité néo-natale de 22 % entre 2011 et 2018.

La Société francophone de médecine tropicale et santé internationale (SFMTSI) était bien représentée avec son président, le Dr Jean Jannin, et de nombreux administrateurs. La SFMTSI parraine le prix des thèses d’exercice françaises et a remis ce prix au Dr Valentin Joste pour sa thèse intitulée « Plasmodium ovale wallikeri et Plasmodium ovale curtisi : du développement d’une méthode de différenciation à l’analyse rétrospective des cas du Centre National de Référence du paludisme, période 2013-2018 ». Ensuite c’est le président du GISPE, le Pr Jean-Paul Boutin, qui a remis au Dr Salif Thiam le prix des thèses d’exercice des universités francophones pour sa thèse intitulée « Technique moléculaire de détection de Wolbachia Wanga-Mali chez Anopheles gambiae s.l. à l’état sauvage au Mali ».

Cette année, le GISPE avait mis en place une régie vidéo pour permettre une bonne retransmission des conférences à distance. Ainsi dix orateurs ont pu donner leurs conférences en direct du Bénin, du Togo, du Sénégal, du Burkina Faso ou encore de Madagascar mais aussi de Paris et de Genève. Projetés en grand écran dans l’amphithéâtre, ces présentations ont créé un lien très fort entre le public présent et ces conférenciers à distance.

Dans les travées de l’espace consacré aux Actualités du Pharo, une session de communications affichées a permis de partager les résultats de 40 travaux de terrain. A côté de ces posters, des stands, moins nombreux qu’à l’habitude, ont également permis des échanges fructueux entre les congressistes, les associations et les laboratoires.

Le livret des résumés des 26e Actualités du Pharo est en ligne.

Toutes les conférences enregistrées sont aussi en ligne pour permettre un partage des connaissances partagées par les conférenciers durant ces journées.

Enfin, il faut se féliciter de la présence de plus d’une vingtaine de participants, médecins, acteurs de santé institutionnels ou associatifs, venus de pays d’Afrique francophone malgré les contraintes toujours imposées aux voyageurs internationaux et les difficultés pour obtenir un visa de l’espace Schengen. Ceci signe tout l’intérêt que trouvent nos confrères du Sud à ces rencontres scientifiques qui prennent plus de valeur humaine quand ces échanges peuvent avoir lieu par des contacts directs.

Bref, une édition 2021 riche et très dynamique. Elle a permis également aux intervenants qui y tenaient un stand (Fonds Français Muskoka, ONG RAES, Plateforme Elsa, Mère du Monde en Santé…) de présenter leurs actions aux participants des journées. Ces rencontres désormais attendues mériteraient sans aucun doute un soutien plus fort de partenaires publics ou privés qui peuvent trouver dans ces journées un lieu d’échanges importants avec les acteurs de terrain et des décideurs du développement sanitaire.

Rendez-vous en 2022, du 5 au 7 octobre, pour les 27e Actualités du Pharo dont le thème principal sera : « alerte et réponse aux crises sanitaires, place des systèmes d’informations ».

Dr. Jean-Marie Milleliri, Secrétaire général du GISPE

www.gispe.org

Les articles signés n’engagent pas la responsabilité de la SFMTSI