Infos & Idées

Anthrax du soudeur, excès de langage ou réelle émergence pour le soudeur en secteur informel ?

Bacillus cereus n’est pas Bacillus anthracis, et pourtant ! B. cereus, connu essentiellement en pathologie digestive, peut exprimer des plasmides de virulence de B. anthracis provoquant dès lors des pneumonies mortelles, décrites pour l’instant dans la métallurgie.

En nosologie francophone le charbon est strictement dû à Bacillus anthracis, appelé en anglais anthrax. Bacillus cereus est pour sa part classiquement incriminé dans des entérocolites aiguës, des diarrhées infectieuses isolées ou dans des TIAC. Il est à ce jour sans spécificité en pathologie tropicale [ePillyTrop].

Le charbon à B. anthracis est connu sous toutes les latitudes comme pouvant être d’origine professionnelle lorsqu’il est transmis au travailleur, le plus souvent par voie cutanée, au niveau d’une excoriation, par contact avec l’animal malade ou sa dépouille (charbon industriel des équarisseurs, vétérinaires, éleveurs) et plus rarement par voie pulmonaire par inhalation de spores dans l’industrie des laines, poils, cuirs, peaux, poudres d’os [ePillyTrop].

Une contamination professionnelle à B. cereus, mimant un charbon pulmonaire, est nouvellement décrite aux Etats-Unis où le nom de welder anthrax lui a été attribué, ce qui pourrait être rapidement traduit par charbon du soudeur. Qu’il s’agisse ou non d’un excès de langage il n’en reste pas moins intéressant d’en prendre connaissance, d’une part car elle décrit une nouvelle expression clinique chez le sujet immunocompétent et un nouveau facteur prédisposant à la pathogénicité de B. cereus, mais aussi car elle implique une profession, ou une activité, très fréquente dans les pays en développement où la médecine du travail peine à se développer en particulier dans le secteur informel.

Le 21 avril 2021, l’US CDC émettait un billet à propos d’une maladie nouvellement identifiée :le welder anthrax [https://blogs.cdc.gov/niosh-science-blog/2022/04/21/welders-anthrax/] ultérieurement publié [De Perio MA].

Entre 1994 et 2020, 7 cas de pneumonies sévères causées par des bactéries appartenant au groupe Bacillus cereus mais exprimant un plasmide similaire au B. anthracis pXO1 qui code les toxines du charbon, ont été diagnostiqués et notifiés aux CDC. La maladie a été rapportée aux Etats-Unis chez des professionnels travaillant le métal (six soudeurs et un métallurgiste). Le tableau clinique faisait état de fièvre, frissons, dyspnée et d’hémoptysie. Une pneumonie a été diagnostiquée pour l’ensemble des patients. Après hospitalisation et passage en soins intensifs, 5 des 7 patients sont décédés. Tous les patients avaient reçu un traitement antibiotique à large spectre. L’un des survivants a reçu du raxibacumab, une antitoxine monoclonale. Six patients étaient des hommes, l’âge médian était de 39 ans.

Le bacillus isolé chez un des sept cas déclarés a été retrouvé sur son lieu de travail. On sait que les fumées de soudage peuvent être à l’origine d’intoxications entraînant la survenue de pathologies aiguës ou chroniques [INRS]. La gravité de ces intoxications est fonction des métaux concernés, de la durée, de l’intensité de l’exposition et de la composition de ces fumées. Plusieurs études ont montré un risque accru de pneumonie et de décès chez les soudeurs et autres travailleurs exposés aux fumées de soudage et aux poussières minérales [Torén K et al.]. Des études suggèrent que l’exposition aux fumées de soudage entraine une plus grande susceptibilité aux infections pulmonaires, même lorsqu’il s’agit d’agents infectieux relativement communs et inoffensifs [Palmer KT et al]. En particulier, l’oxyde de fer déposé dans les poumons après inhalation de fumées y est présent des années, même à distance de l’exposition [Kalliomäki PL et al.].

Comme tous les agents pathogènes, les toxines de B. anthracis et de B. cereus ont besoin de fer pour se développer. Ils sont deux producteurs de sidérophores pétrobactine et bacillibactine. À l’inverse, ils ne partagent pas les mêmes protéines de surface impliquées dans l’absorption du fer, d’une part iron-regulated leucine-rich surface protein (IlsA) pour B. cereus et d’autre part iron-regulated surface determinant (Isd) pour B. anthracis [Daou N et al., Honsa ES et al.].

À ce stade, d’autres études sont nécessaires pour affirmer le lien entre fumées de soudage et pneumonie mortelle à B. cereus, mais le pneumologue, l’infectiologue, l’interniste ou les généraliste exerçant en milieu tropical devra probablement prendre en compte ce facteur favorisant dans la construction de son diagnostic positif tandis que la médecine du travail voit s’ouvrir un nouveau champ de risque professionnel à évaluer dans des régions ou les ateliers informels de métallurgie de second œuvre sont légions.

Jean-Paul Boutin, SFMTSI

Les articles signés n’engagent pas la responsabilité de la SFMTSI

Références :

Charbon. In : ePILLY Trop. Maladies infectieuses tropicales. Troisième édition web, juin 2022, chapitre 77, 553-557. Editions Alinéa Plus. Disponible à : https://www.infectiologie.com/fr/pillytrop.html.

De Perio MA, Hendricks KA, Dowell CH, Bower WA, Burton NC, Dawson P, et al. Welder’s Anthrax : A Review of an Occupational Disease. Pathogens. 2022 Mar;11(4):402. doi: 10.3390/pathogens11040402

INRS. Fumées de soudage – Un risque majeur. In : INRS [Internet]. [cited 2022 Jun 24]. Available from : https://www.inrs.fr/risques/fumees-soudage/ce-qu-il-faut-retenir.html

Torén K, Blanc PD, Naidoo RN, Murgia N, Qvarfordt I, Aspevall O, et al. Occupational exposure to dust and to fumes, work as a welder and invasive pneumococcal disease risk. Occup Environ Med. 2020 Feb;77(2):57-63. doi: 10.1136/oemed-2019-106175

Palmer KT, Poole J, Ayres JG, Mann J, Burge PS, Coggon D. Exposure to metal fume and infectious pneumonia. Am J Epidemiol. 2003 Feb;157(3):227-33. doi: 10.1093/aje/kwf188

Kalliomäki PL, Kalliomäki K, Rahkonen E, Aittoniemi K. Follow-up study on the lung retention of welding fumes among shipyard welders. Ann Occup Hyg. 1983;27(4):449-52. doi: 10.1093/annhyg/27.4.449  

Daou N, Buisson C, Gohar M, Vidic J, Bierne H, Kallassy M, et al. IlsA, a unique surface protein of Bacillus cereus required for iron acquisition from heme, hemoglobin and ferritin. PLoS Pathog. 2009 Nov;5(11):e1000675. doi: 10.1371/journal.ppat.1000675

Honsa ES, Maresso AW. Mechanisms of iron import in anthrax. Biometals. 2011 Jun;24(3):533-45. doi: 10.1007/s10534-011-9413-x

Voir plus..

Voir plus..

Voir plus..

Voir plus..

Voir plus..