Par Mme Aude Rambaud – Saint-Germain-en-Laye

Une signature moléculaire a été découverte dans l’air expiré des patients atteints d’une forme sévère de Covid-19. Elle a permis, dans une étude menée par une équipe française, de distinguer parmi des patients atteints d’un syndrome de détresse respiratoire aigu, ceux infectés par le coronavirus et ceux qui ne l’étaient pas. Ces travaux ouvrent la voie à une nouvelle méthode de dépistage. Ils sont parus dans la revue eBioMedicine.

Une équipe française suggère une nouvelle méthode de dépistage de l’infection au coronavirus via l’analyse de la composition de l’air expiré chez des personnes présentant un syndrome de détresse respiratoire aigu.
Il s’agit d’une étude observationnelle au cours de laquelle les chercheurs ont analysé la composition de l’air expiré de patients admis en soins intensifs pour un syndrome de détresse respiratoire aigu et mis sous assistance respiratoire.
Ils ont inclus 40 patients dont 28 étaient diagnostiqués positifs pour la Covid-19. Après avoir analysé les composants organiques volatiles tous les matins à l’aide d’un spectromètre de masse, une analyse multivariée a révélé une signature spécifique pour les patients Covid.
Cette signature a permis de distinguer les personnes infectées par le coronavirus de celles qui ne l’étaient pas dans 93% des cas avec une sensibilité de 90% et une spécificité de 94%.
Le spectromètre de masse offrant des résultats en moins de deux minutes, cette technique de dépistage en temps réel et en non invasive pourrait s’avérer séduisante.
Reste à savoir si cette signature est également retrouvée chez des sujets infectés par le coronavirus et n’ayant pas développé de forme sévère de la maladie.

Référence
Stanislas Grassin-Delyle et al.
Metabolomics of exhaled breath in critically ill COVID-19 patients: A pilot study
EBioMedicine, décembre 2020
[Retrouvez l’abstract en ligne]